Partage Personnel 


Huppe fasciée
Huppe fasciée

DIEU, LA HUPPE... et moi !  

 

Rendez-vous annuel avec un drôle d'oiseau


Chaque année, depuis 4 ans, courant Mai ou début Juin, quelques huppes viennent séjourner dans notre jardin. Oiseaux au plumage qu'on pourrait qualifer d'exotique, elles émettent deux sortes de sons, un son très doux, et un autre très strident.

 

A la délicatesse et au charme de leur apparence s'oppose la façon redoutable qu'elles ont de traiter tout ennemi réel ou potentiel : leur nid dégage une odeur pestilentielle et les petits, en cas de menace, tournent leur derrière vers l'entrée du nid et projettent leurs déjections vers l'agresseur ! Très efficace. 

 

Il semblerait que j'ai une relation particulière avec l'une d'entre elles, car invariablement, elle vient me saluer de façon nette, en venant frapper à la vitre de la porte de mon bureau pour me signaler sa présence. Oiseau qui se tient pourtant à distance de l'humain, elle reste là, attendant que je me manifeste à elle à mon tour. Alors, je soulève délicatement le voilage, et ses deux petites billes brunes me regardent, tête penchée. Elle fait des allers retours devant la porte fenêtre, adorable, et chaque fois que je le lui demande, elle toque doucement son long bec courbé contre la vitre. Au bout de quelques temps, elle repart. On s'est regardées, on s'est parlées, notre petit rituel annuel est terminé, chacune peut retourner à sa tâche. Elle, sondant infatigablement le sol pour y saisir insectes, vermisseaux, limaces et escargots. Moi, le sourire au coeur, vers mon ordinateur. 

 

Ce matin, de nouveau, c'est une huppe qui m'a réveillée, de son chant doux et insistant, comme pour me sortir de mon profond sommeil et m'aider à commencer la journée. Dès que j'ai mis le pied par terre, le chant s'est arrêté. 

 

Alors, intriguée, j'ai voulu en savoir plus sur cet oiseau qui semble me parler. Et voici certaines des choses que j'ai trouvées... 

 

Symbolique de la huppe


"La huppe, qui possède les connaissances secrètes du monde spirituel, est le guide des autres oiseaux en étant capable de répondre à chacune de leur peur ou inquiétude". C’est un oiseau de bonne augure à qui la tâche a été donnée d’apporter les bonnes nouvelles et qui symbolise ‘‘ l’homme parfait ’’, celui qui connaît la voie."  

 

Il s'agit aussi d'un oiseau protégé en France, l'un des 5 animaux que le prophète Mahomet a interdit de tuer, un oiseau que la Torah défend de manger, et l'Oiseau National de l'Etat d'Israel depuis 2008.  

 

Une parabole persane fort intéressante


D'autre part, dans la littérature persane, on trouve également une oeuvre majeure appelée "La Conférence des Oiseaux", écrite par un poète soufi du 12è siècle : Farid-Al Din Attâr. Le sujet de cette oeuvre est une cohorte d'oiseaux qui recherchent leur roi, le mystérieux Simorgh, un oiseau si beau qu'aucun regard humain ne peut en soutenir la vue. 

 

"Tous les oiseaux se réunirent un jour pour constater qu'il leur manquait un roi. Exhortés par la huppe, messagère d'amour, ils décidèrent de partir à la recherche de l'oiseau-roi Simorgh, symbole de Dieu dans la tradition mystique persane. Après un voyage plein de dangers, et après avoir parcouru les vallées du désir, de la connaissance, de l'amour, de l'unité, de l'extase, de la stupeur... les 30 survivants connurent l'ultime révélation : le Simorgh était leur propre essence, jusqu'alors enfouie au fond d'eux-mêmes." 

 

Ca ne vous rappelle rien ?

 

Alors, peut-être que c'est ça. Peut-être que chaque année, à ma saison préférée, la sage huppe vient me rappeler de chercher le Dieu-Déesse en moi. "Toc, toc, toc, rappelle-toi... !". En tout cas, cette idée là me plaît bien.